«Non» à l’initiative contre le financement de l’avortement

L'initiative «Financer l’avortement est une affaire privée» cherche à enterrer le principe d’un financement équitable du système de santé.

L’Association suisse des infirmières et infirmiers ASI rejette l’initiative populaire «Financer l’avortement est une affaire privée». Cette initiative cherche à enterrer le principe d’un financement équitable du système de santé. Et elle ne ferait pas diminuer les coûts de la santé.

L’ASI rejette cette initiative pour les raisons suivants:

  • Les femmes socialement défavorisées ne pourraient plus assumer les frais d’un avortement et se dirigeraient vers le marché gris, quitte à mettre leur santé en danger en recourant à des interventions bon marché et de qualité douteuse.

  • Ce n’est pas le financement de l’avortement, mais la décision d’avorter qui est une affaire privée; cette décision appartient à la femme ou au couple concerné.

  • Des conseils, un accompagnement et un traitement de qualité, assurés par des médecins et des infirmières, sont indispensables pour que les femmes et les couples concernés puissent prendre une décision en toute liberté.

  • Les interruptions de grossesse ne représentent que 0.03% des coûts de la santé. Les supprimer du catalogue de prestations LAMal ne ferait donc pas vraiment diminuer les coûts de la santé, comme l’affirme à tort les initiants.

L’ASI s’engage pour une assurance de base obligatoire solidaire. Elle s’oppose à la discrimination des femmes et des couples concernés qui est visée par cette initiative. Elle appelle ses membres à mettre un «non» dans les urnes le 9 février prochain et à soutenir la campagne «non à toute attaque du régime du délai».

 

OpenClose

Actualité :

Suite à la publication du dernier rapport du Lancet Countdown qui montre que le changement climatique aura d'énormes conséquences sur la santé, le…

Lire la suite

En Suisse aussi, les infirmières et infirmiers APN (Advanced Practice Nurses) contribuent de plus en plus à la qualité des soins infirmiers. Jusqu'à…

Lire la suite
Consulter les archives
OpenClose

Revue «Soins infirmiers»