Actualité :

05.04.2019

L’ASI se félicite que la commission de la santé publique et de la sécurité sociale du Conseil national (CSSS-N) reconnaisse la nécessité d’agir dans le domaine des soins infirmiers et propose des changements législatifs concrets. (...)
En savoir plus

04.04.2019

L’association des assurances-maladie met en danger la sécurité des patients : elle nie la pénurie d’infirmières et d’infirmiers et torpille les solutions possibles par des prévisions plus que douteuses.
En savoir plus

Revue «Soins infirmiers»

Le contre-projet indirect à l'initiative sur les soins infirmiers se concrétise

05 avril 2019

L’ASI se félicite que la commission de la santé publique et de la sécurité sociale du Conseil national (CSSS-N) reconnaisse la nécessité d’agir dans le domaine des soins infirmiers et propose des changements législatifs concrets. Ces derniers vont dans la bonne direction. Des mesures supplémentaires sont cependant nécessaires sur le plan législatif afin d’améliorer la qualité des soins, la satisfaction professionnelle et le maintien des infirmières et des infirmiers dans la profession.

Lors de sa séance du 4 avril 2019, la CSSS-N a discuté d’un contre-projet indirect à l’initiative sur les soins infirmiers. Elle veut encourager la formation et la formation continue du personnel infirmier par un projet de loi concret et créer des domaines infirmiers autonomes. L’objectif est de remédier à l’actuelle pénurie au sein de cette profession et de répondre à la demande croissante de personnel infirmier. La création d’un domaine infirmier autonome est considérée comme centrale par l’ASI. La CSSS-N renonce à la restriction de la liberté contractuelle. L’ASI n’accepterait pas de limitation éventuelle à cet égard.

L’ASI se félicite de l’inclusion de ces éléments essentiels dans la législation fédérale. Mais il ne suffit pas de mettre en place des domaines infirmiers autonomes et des mesures en faveur de la formation. « Des mesures pour assurer la qualité des soins et la sécurité des patients sont tout aussi importantes », déclare Sophie Ley, vice-présidente de l’ASI. « Et pour garantir cela, il faut des conditions-cadres afin que les personnes travaillant dans les soins infirmiers restent dans la profession aussi longtemps que possible. »

Davantage d'informations

www.pour-des-soins-infirmiers-forts.ch

Communiqué de la CSSS-N du 5 avril 2019

 

Medienmitteilung SGK-N vom 5.4.19