Actualité :

08.02.2019

Les directions des Hautes écoles du domaine Santé de la HES-SO se positionnent en faveur du maintien des filières HES comme seul moyen d'obtenir un diplôme d'infirmières en Suisse romande.
En savoir plus

Cat : News
06.02.2019

Le 21 janvier, l’ASI a annoncé dans un communiqué de presse qu'elle se retirait du plan de mesures du Conseil fédéral relatif à l'initiative sur les soins infirmiers. Le 24 janvier, la CSSS-N a écouté le comité d'initiative.
En savoir plus

Revue «Soins infirmiers»

Financement des soins: des changements inadéquats sont proposés

25 octobre 2018

L'ASI s’oppose aux modifications de l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS) mises en consultation par le DFI. Elle n’accepte pas la réduction des contributions aux soins à domicile, car celle-ci va à l’encontre du principe «L’ambulatoire avant le stationnaire". De plus, le renforcement de l’autonomie du personnel infirmier qui est proposé ne va pas assez loin.

La modification de l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS), proposée dans le cadre de l’évaluation du nouveau régime de financement des soins en vigueur depuis 2011, fait l’objet d’une prise de position détaillée de l’ASI. Dans ces réponses, l’ASI rejette catégoriquement la réduction de la contribution aux soins à domicile. De plus, l’augmentation des compétences du personnel infirmier est insuffisante.

La proposition du DFI de réduire de 3,6 % la contribution des caisses-maladie aux soins ambulatoires à domicile va dans la mauvaise direction. "Elle torpille la stratégie de la politique de santé qui mise sur le secteur ambulatoire. De plus, les professionnels qui travaillent dans les soins à domicile subissent déjà d’énormes pressions. Cette réduction des contributions ne ferait qu’augmenter le nombre d’infirmières  et infirmiers qui abandonneraient leur profession. Compte tenu de la pénurie de personnel qualifié qui sévit déjà actuellement, ce serait fatal ", explique Yvonne Ribi, secrétaire générale de l’ASI.

En outre, le DFI propose de donner davantage de compétences au personnel infirmier pour l’évaluation des soins requis. "Le fait que le DFI intègre l’une des revendications de l’initiative popu-laire sur les soins infirmiers démontre que notre demande de renforcer l’autonomie des infirmières et infirmiers est enfin prise au sérieux", souligne Yvonne Ribi. "Mais une adaptation au niveau de l’ordonnance ne suffit pas. Il faut un changement de la loi pour supprimer les procédures administratives inutiles et coûteuses."

L’ASI est favorable à l’augmentation des contributions de l’AOS aux établissements médico-sociaux (EMS). Elle exige toutefois que celles-ci soient investies dans la qualité des prestations de soins, c'est-à-dire dans le personnel qui les effectue.

Prise de position de l'ASI